Menu

MINGEYE - Dans l'œil de l'artisan

dimanche 27 octobre 2019

Camille Ronceray

Maison Internationale de Rennes

De 12H00 à 17H00

Gratuit

Organisé par Association de Jumelage Rennes-Sendai

#Gratuit#Exposition

« MINGEYE - dans l’œil de l’artisan » est une exposition de Camille Ronceray, invitée de l’Association de Jumelage Rennes-Sendai et soutenue par la Fondation Franco-Japonaise Sasakawa. Elle se tiendra à la Maison Internationale de Rennes, du 22 octobre au 02 novembre 2019 (entrée libre). Une conférence aura lieu le samedi 26 octobre, suivi d'un verre de l'amitié. 

 

Cette exposition dresse le portrait des métiers de l’artisanat traditionnel japonais (le papier, la pierre, le bois…) souvent rencontrés à la campagne, souvent les seuls experts dans leur domaine. Elle présente un regard sur six mois de recherche-action sur le terrain. 

 

Camille Ronceray est designer, elle pense et conçoit des services et des expériences pour améliorer le quotidien des citoyens et le rendre plus amusant. Elle est engagée en faveur de l’innovation sociale, sur des sujets tels que l’artisanat bien sûr, mais aussi la santé et l’éducation.


Avec le soutien de l’Association de Jumelage Rennes-Sendai, de la Fondation Franco-Japonaise Sasakawa et de la Maison Internationale de Rennes

 

À la croisée des cultures et des disciplines 

 

Le Projet Dorayaki est un projet de recherche-action, mené avec les outils et la pensée du design, qui explore l’utilité sociale de l’artisan, aujourd’hui et demain. Il s’agit d’une rencontre entre les cultures française et japonaise, les talents (artisans, designers…) et les matériaux (la pierre, le papier, le bois…).  

 

L’artisanat, au sens de ce projet, regroupe les savoir-faire et les gestes traditionnels dans les métiers du bois (pinceau « o-fude », sculpture et laque du bois…), du papier (yanagiu washi), de la pierre (pierre à encre "ogatsu suzuri »), du textile (teinture indigo « Shouaihiyashizome"), et plus encore.  

 

« Pourquoi le Japon ? ». Voilà une question qui est souvent revenue lorsque je présentais le Projet Dorayaki à des partenaires ou à des curieux. J’ai trouvé entre le Japon et la France suffisamment de similarités pour qu’une collaboration soit intéressante, et suffisamment de différences pour que le projet reste intriguant. 

En France comme au Japon, la figure de l’artisan est célébrée, respectée. Pensons aux distinctions qui existent, le Meilleur Ouvrier de France comme le Trésor National Vivant. 

En France comme au Japon, chacun s’extasie sur la beauté de l’artisanat, cependant ceux qui achètent sont peu nombreux, et ceux qui envisagent de faire carrière dans l’artisanat le sont encore moins. 

 

Le Projet Dorayaki constitue également une forme de manifeste pour mon métier de designer. 

J’ai éprouvé des méthodes et des outils du design dans un milieu « extrême » - ne parlant pas la langue, ayant un accès difficile aux derniers artisans de leur profession. Il m’a fallu faire preuve d’imagination pour me rapprocher des usagers. 

 

Je souhaitais également redonner à la phase de recherche - pure rencontre avec les usagers, collecte de données qualitatives - la place au long cours qu’elle mérite selon moi. Souvent restreinte dans le milieu des entreprises, faute de temps et de budget, cette phase demeure pourtant la clé de la bonne compréhension des enjeux. Consacrer six mois dans un pays où je n’étais jamais allée me paraissait essentiel pour saisir la complexité des contrastes tout en restant étonnée à chaque instant. 

 

L’exposition que vous allez voir dresse le portrait de ces métiers d’artisans, souvent à la campagne, souvent les seuls experts dans leur domaine. Je souhaite les remercier pour le temps que chacun m’a accordé afin de me raconter leur métier pour un moment, et avec lui, leur vie. 

 

Camille, designer et artiste 

 

En tant que designer, je pense et je conçois des services et des expériences pour améliorer le quotidien des citoyens et le rendre plus amusant. Dans la pratique de mon métier, j’apporte une sensibilité artistique dans les livrables que je propose à mes clients. Je suis engagée en faveur de l’innovation sociale, sur des sujets tels que l’artisanat bien sûr, mais aussi la santé et l’éducation. En ce moment, je me passionne pour l’interprétation des rêves et les chroniques radio. 


Adresse
Maison Internationale de Rennes
7 quai Chateaubriand


Coordonnées


http://www.rennes-sendai.fr/

Partager cet événement